Costa Rica – La côte pacifique

Costa Rica – La côte pacifique

Jour 2 – De San Jose à Dominical

Tôt le matin, après un bon petit déjeuner Tico (le gallo pinto à base de riz et haricots rouges), nous voilà partis pour 3 heures de route de San Jose la capital à Dominical, ville balnéaire de la côte pacifique. Je ne reviendrai pas sur les routes en très bon état, vous pouvez aller voir mon précédent article sur le sujet. Après un passage par une zone montagneuse nous redescendons vers la côte et atteignons l’océan à Tarcoles. La route de Tarcoles jusqu’à Dominical est très caractéristique de la côte pacifique, rocheuse, déchiquetée, avec de magnifiques rouleaux sur l’océan.

Petite déception, la route traverse d’immenses plantations de palmiers dédiées à l’huile de palme, propriétés de grandes compagnies pétrolières. Pour un pays à fond sur l’écologie et l’éco-tourisme, c’est un peu décevant.

Une autre chose frappante, le nombre impressionnant d’écoles. Les habitations sont réparties tout le long de la route et les écoles, également au bord de la grande route, apparaissent tous les 4 ou 5 kilomètres avec une zone à 25 km/h souvent encadrée par des dos d’âne.

L’hôtel Cuña del Angel

Une fois arrivés à Dominical, un petit chemin caillouteux et escarpé nous entraîne dans la forêt jusqu’à notre hôtel niché dans un écrin de verdure sauvage. L’hôtel Cuña del Angel a un charme latin qui détonne un peu dans le paysage mais il est confortable et bien entretenu. Les chambres sont spacieuses (avec 2 grands lits pour les enfants et nous) et donnent sur la piscine et l’océan loin en contrebas. La pluie nous souhaite la bienvenue mais cela ne nous empêche pas d’aller piquer une tête dans la piscine encerclée par la forêt tropicale. Petits bémols, le repas du soir (à vouloir trop en faire il en devient franchement quelconque) et le bruit de la route la nuit (surtout le freinage ou l’accélération des gros camions américains) qui semble loin mais est en fait juste en contrebas de l’hôtel. Heureusement il n’y en a pas souvent et la nuit fut agréable. Pas besoin de climatisation à cette époque de l’année et surtout, grosse surprise, pas un seul moustique !!! C’est la fin de la saison des pluies, ils ne sont plus là. Je pense que je peux aisément dire que je n’ai pas eu une seule piqure pendant tout le séjour.

Conseil : N’hésitez pas à sortir de l’hôtel pour dîner, vous trouverez votre bonheur. Nous sommes allés manger des sushis bien frais à Dominical (peut-être pas très local mais tout de même très différent de ce qu’on trouve en France).

Verdict : 4/5 pour cet hôtel. Tout est bien sauf le restaurant et il ne faut pas être allergique à la déco un peu trop… trop !

Jour 3 – Parc national Bahia Ballena

Le lendemain matin, départ pour le parc national Bahia Ballena et une rencontre avec les baleines et les dauphins (au final les dauphins ne seront pas au rendez-vous). Après 20 minutes à chercher les mammifères marins en vain, notre pilote reçoit un appel d’un bateau de pêche et nous voilà partis, moteurs à fond, sautant sur les vagues. Après encore 20 minutes, nous arrivons sur place, seuls, aucun touristes à l’horizon (ah si, nous !). Tout d’un coup, un premier souffle se fait entendre. La mère et son baleineau font surface et replongent aussitôt. Moteurs au ralenti nous guettons l’eau… Et ce qui devait arriver arriva : grosses vagues, odeurs d’essence, bateau à l’arrêt… Je ne vous fais pas un dessin mais cela nous a quelque peu gâché le plaisir de la rencontre et surtout m’a presque totalement empêché d’immortaliser le moment 🙁

Heureusement après quelques minutes qui nous parurent des heures, le mal de mer se calma et nous pûmes profiter du spectacle. Pour autant je n’ai pas osé fouiller dans mon sac pour prendre l’appareil, je n’ai donc fait qu’une photo à l’iPhone et quelques vidéos.

Après 20 minutes passées avec les baleines nous sommes repartis à la recherche des dauphins qui, ce jour là, nous ont posé un lapin… Puis nous avons longé les côtes déchiquetées à la découverte des grottes marines pour finir aux abords de la plage d’Uvita. Plage dont la forme rappelle une queue de baleine vue du ciel.

Nous déjeunons sur la plage et finissons notre journée en nous baignant dans les rouleaux de l’océan pacifique atténués par les rochers constituant la queue de la baleine. Le paysage sauvage ressemble à ces images qu’on a pu voir dans le film 1492 lorsque la brume s’ouvre et laisse entrevoir la plage surplombée par la forêt tropicale.

Conseil : si vous êtes sujet au mal de mer, n’oubliez pas le médicament (homéopathique ou antihistaminique qui permet d’y remédier avant de monter dans le bateau !

Conseil photo : des paysages sauvages fantastiques, n’oubliez pas votre grand angle. Et pour les baleines le téléobjectif ne sera pas de trop. Attention au sable et aux embruns. Protégez bien votre appareil et nettoyez le soigneusement en rentrant le soir. Sur le bateau gardez le à l’abris des vagues en attendant que le pilote ait trouvé les baleines ou les dauphins. Pas la peine de prendre des risques inutiles. Pensez à utiliser le mode Priorité vitesse avec une vitesse assez élevée pour éviter le flou lors des photos de dauphins ou de baleines et stabilisez vous bien sur le bateau. La luminosité ambiante est bien suffisante pour des vitesses élevées.

Verdict : 4,5/5. C’est un parc à faire, surtout hors saison lorsque les bateaux de touristes n’encerclent pas les baleines et que la plage est déserte comme ce fut le cas pour nous. Dommage, les dauphins n’étaient pas au rendez-vous mais on parle d’animaux sauvages ici, il faut donc toujours se satisfaire de ce qu’on a, c’est déjà une grande chance !

Jour 4 – Parc national Manuel Antonio

Nous quittons Dominical direction le nord pour notre première marche dans un parc national entre mer et forêt tropicale.

Posons le dilemme immédiatement : le plus ancien et le plus célèbre parc du Costa Rica est aussi… le plus fréquenté… Et surtout par les touristes américains. C’est donc un parc très adapté à ce tourisme de masse. Après quelques kilomètres d’une route sinueuse bordée d’hôtels, de restaurants, de bars, on arrive en bord de mer et on est arrêté par des personnes habillées comme des gardes du parc, avec un badge à la poitrine qui nous demandent de nous garer sur le parking en contrebas le long de la plage. Parking qui semble obligatoire et bien entendu payant car gardé (du moins on l’espère). A la sortie de la voiture, on nous propose (force la main ?) des visites guidées qui partent dans la minute (il faut se décider rapidement bien entendu !). Après les avoir éconduis poliment (3 fois ? 4 fois ? je ne compte plus), nous voilà partis en direction de l’entrée du parc, moyennement rassurés par ce parking pseudo officiel. Après 2 minutes de marche, on s’aperçoit que l’entrée du parc est encore à 1 km à pieds et que d’autres parking existent plus près. Merci l’arnaque…

Renseignements pris, ce ne sont bien entendu pas des gardes du parc et ils n’ont pas le droit d’arrêter les voitures. Néanmoins la pratique est tolérée et le tarif est identique sur tous les parking pseudo officiels de part et d’autre de la route, on ne risque donc normalement pas grand chose. Par contre le tarif des visites guidées que nous avons refusées est lui le double ou le triple de ce qu’on peut vous proposer en approchant du parc, voir dans le parc lui-même. Tout le long de la route, des bars, des restaurants, des rabatteurs/guides, des jeunes touristes américains sur des voiturettes de golf qui font les fous… Bref tout pour me donner envie de faire demi-tour. Il est difficile de savoir où est le comptoir officiel du parc qui vend les billets d’entrée tant vous êtes sollicités. Après 20 minutes nous trouvons le guichet où une personne peu aimable nous dit que si nous payons par carte bancaire il va y avoir des frais. N’ayant pas assez de colones pour payer les 4 entrées, je paye tout de même avec ma carte. Grosse erreur ! La société qui vous prélève l’argent est une espèce d’organisme de crédit et le résultat qui apparaitra plusieurs jours plus tard sur mon compte : des frais exorbitants de près de 30% sur ce paiement ! Un conseil donc : payez en liquide !!!

Pour ce parc, pas besoin de guide ou alors prenez le dans le parc lui-même. Il y a tellement de monde que de toute façon les animaux s’éloignent des sentiers et quand vous verrez un guide entouré de ses clients n’hésitez pas à jeter un oeil, l’animal ne sera pas loin. Sans guide et avec le monde nous avons pu voir notre premier toucan, un paresseux adulte, un bébé paresseux, les nombreux singes hurleurs à la cime des arbres, les encore plus nombreux singes capucins (attention ce sont de vrais voleurs et tout les attire ; attention aussi à vos enfants, ils peuvent être assez agressifs), de gros iguanes paressant au soleil sur la plage, un raton laveur, … Bref, de quoi se faire plaisir et garder les enfants en éveil. Le parc est grand et les marches peuvent être longues, n’oubliez pas de prendre de l’eau et vos jumelles. Les guides quant à eux ont des lunettes qui permettent de voir les paresseux de très près.

Conseil : Pensez à votre maillot de bain. Vous pourrez aussi vous baigner dans le parc mais attention à vos affaires, les capucins ne sont jamais loin.

Conseil photo : Dans l’ombre de la forêt il est parfois difficile de prendre des photos (impossible de faire la netteté, photo trop sombre, flou de bougé…). Reportez-vous à mon article précédent pour quelques astuces en cas de basse luminosité.

Verdict : 3,5/5. Malgré tous les points négatifs relatifs à l’exploitation touristique, le parc est très agréable et permet de se mettre en jambes pour les nombreux autres parcs du Costa Rica. Et puis les animaux et les paysages en valent la peine.

Après un moment passé sur la plage à l’entrée du parc, nous voilà repartis en direction du nord vers notre prochaine destination.

L’hôtel Pumilio

Nous retraversons les grandes plantations de palmiers pour nous arrêter non loin de Jaco (une des plus vieille station balnéaire du Costa Rica) dans un hôtel plein de charme, à l’écart de la côte et de son agitation.

Nous arrivons à l’hôtel à la tombée de la nuit. Milton nous accueille à la réception (attention pensez au pull, la clim est à fond à la réception !). Sa gentillesse n’a d’égal que son dévouement pour ses clients.

Cet hôtel est un joyau dans la jungle ! Les chambres sont immenses, modernes et très bien tenues avec une terrasse équipée d’une cuisine donnant sur la piscine (à 2 niveaux avec un toboggan en pierres volcaniques pour les enfants) et la forêt environnante. Le service est tout simplement parfait. Même si le restaurant est fermé pour rénovation, l’hôtel offre un service de livraison de divers restaurants de la ville et ils montent votre commande dans votre chambre ! Milton nous a également offert une bouteille de vin et du coca pour les enfants ainsi qu’un verre de vieux rhum en fin de soirée. Ne retrouvant pas mon maillot de bain, il était prêt à rentrer chez lui en chercher un pour me le prêter ! Le petit déjeuner est aussi servi en chambre et il y avait tellement à manger que nous n’avons pas pu tout finir.

Nous fumes bien tristes le lendemain matin de ne pas voir Milton à la réception pour pouvoir le remercier pour sa gentillesse et sa disponibilité.

Verdict : 5/5. La prochaine fois qu’on passe dans le coin, nous y ferons une halte et plus longuement, c’est sûr.

Jour 5 – Parc national Carara

Troisième parc de notre séjour, au nord de Jaco, près de Tarcoles, à l’endroit où la route commence à s’enfoncer dans les terres. Un parc réputé pour ses aras rouges. Après notre expérience du tourisme de masse à Manuel Antonio, j’avais une petite appréhension. Elle s’envola très vite en arrivant sur le parking du parc : le bureau des guides, des toilettes et… c’est tout ! Ouf, ça fait du bien. A cette période de l’année il n’y que très peu de touristes ce qui est encore mieux puisque le parking est désert. En sortant de la voiture, quelques guides nous attendent, certains parlent français. Autant partir avec un guide à Manuel Antonio me semble facultatif, autant ici cela me semble indispensable. Malheureusement le tarif n’est pas celui qu’on nous a donné à l’hôtel (décidément, que de marchandages et pourtant ce n’est pas dans mes habitudes). Après discussion on se met d’accord avec un guide non francophone en lui donnant le reste de notre liquide (tant pis je traduirai). Notre guide, je l’apprendrai sur le chemin, est un ancien braconnier qui connait très bien la forêt. Parcourir ces sentiers avec un guide est très instructif et  il nous raconte des anecdotes de son enfance en forêt. Grâce à lui nous allons rencontrer des phasmes, des grenouilles dendrobates noires et vertes (attention, quand il y a des couleurs, il y danger alors ne touchez pas !), des lézards de Jésus Christ, des fourmis coupeuses de feuilles (comme partout dans le pays tous les 5 pas !), des millepattes, des chauves-souris, un agouti en plein repas, un nombre incalculable de libellules de toutes sortes, des chenilles, des araignées et un morpho, une fourmi balle de fusil (bullet ant en anglais), une colonne de fourmis légionnaires sans oublier les nombreux iguanes qui « squattent » aux abords de l’entrée du parc. Egalement dans les parc, de nombreuses orchidées, des aristoloches géantes, toutes sortes de champignons et de plantes sensitives.

Les plus perspicaces auront remarqués que j’ai parlé de la réputation du parc pour les aras rouges et que je n’ai pas cité le ara rouge dans les animaux que nous avons rencontrés. C’est parce que nous n’en avons pas vu un seul 🙂

A cette époque de l’année il n’y a pas de nidification, les aras sont plus proches de la mer. C’est pourquoi notre guide nous a proposé de venir avec nous en voiture à la fin de notre ballade afin de les débusquer dans la ville à proximité du parc. Après 2 ou 3 tentatives infructueuses, nous avons enfin pu voir un couple de aras rouges (amoureux pour la vie !). Notre guide les a appelé en les imitant à la perfection et les aras lui ont répondu. Après quelques instants ils ont pris peur et se sont envolés en passant au-dessus de nos têtes. Contrat rempli pour notre guide qui a vraiment pris son temps et fait en sorte que nous repartions comblés. Ils nous a même indiqué un restaurant en bord de plage où nous avons pu faire un succulent déjeuner.

Conseil : Les Ticos sont vraiment gentils, un parisien comme moi a eu beaucoup de mal à comprendre que nombre de ceux que l’on rencontre (en dehors des endroits trop touristiques) sont simplement aimables et toujours prêts à rendre service de manière désintéressée. Alors, surtout ne voyez pas le mal partout, la gentillesse est vraiment une des grandes qualités des gens de ce pays. Bien entendu « faire confiance » ne veut pas non plus dire « être crédule » alors ne laissez tout de même pas votre cerveau à l’hôtel 😉

Conseil photo : Un objectif macro est presque un must tant le nombre d’insectes et de fleurs est impressionnant dans la forêt tropicale. Le 150mm que j’utilise est à la fois utile en télé-photo et en macro. C’est un choix stratégique pour éviter de trop s’encombrer. Pensez-y si votre budget vous le permet.

Verdict : 5/5. L’expérience, la gentillesse et les histoires de notre guide nous ont comblées.

Tarcoles Crocodile Bridge

Juste avant notre départ pour le nord et le parc national du volcan Arenal, nous faisons une halte sur le pont aux crocodiles de la rivière Tarcoles. En effet notre guide nous a indiqué que durant la tempête Nate (qui a ravagé la région 1 mois avant notre voyage), le niveau du cours d’eau avait tellement monté qu’il avait envahi les villages avoisinant dispersant les crocodiles habituellement cantonnés sous le pont et semant la panique dans certains quartiers. Attention le pont est très fréquenté et il n’y a pas de parking pour se garer. Tout le monde s’arrête sur le bas-côté. Ouvrez votre portière prudemment vu le trafic et faites attention à vos enfants. Le trottoir sur le pont est très étroit et les camions passent vraiment très près. La plupart du temps les véhicules roulent doucement mais on trouve toujours un idiot pour foncer malgré la foule qui se masse de chaque côté du pont. Un fois arrivés au milieu du pont, vous pourrez admirer les énormes crocodiles américains en contrebas. Plusieurs tours sont disponibles à Jaco (au bout d’une piste de terre) pour aller les admirer. Evitez les tours qui nourrissent les animaux, c’est comme pour les séances de shark feeding en plongée, cela induit un comportement anormal des animaux.

Après cette halte très appréciée des enfants, nous disons au-revoir à l’océan pacifique et nous nous enfonçons dans le nord du pays en direction du volcan Arenal (1670m).

Il n'y a pas de commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.